23 marzo 2017

On cherche à la Nounou McPhee



D’accord, qui n’a pas désiré, pour une seule fois, appeler à la Nounou McPhee ? Il y a certain jour que je sens que la patience, la sagesse et la créativité s’en vont et ce que j’aimerai le plus c’est appeler la Nounou McPhee pour qu’elle résout mes problèmes maternels. Je voudrai que quelqu’un puisse arriver et faire mes enfants changer pour de bon, pas de grands changements, mais les petits : maintenir la chambre en ordre, obéir sans se plaindre, ne pas se chicaner entre eux, … mais les choses ne marche pas de cette façon-là. La Nounou McPhee n’a pas encore cognée à ma porte pour résoudre les choses par magie.

La bonne nouvelle est qu’il y a quelqu’un meilleur que la Nounou McPhee prêt à nous aider 24 sur 24 en tout ce que nous aurons besoins : notre Père Céleste. Il répond toujours mes appels de secours et les répond de manières simple, merveilleuse et inattendu. Cette semaine, j’ai relu un discours que le président Gordon B. Hinckley a partagé dans une réunion générale de la Société de Secours.

« Il y a quelques années, dans le tabernacle de Salt Lake, Marion D. Hanks, menait un débat. À ce débat se trouvait une jeune femme, séduisante et talentueuse, divorcée, mère de sept enfants, ayant à l’époque entre sept et seize ans. Elle a dit qu’un soir elle était allée voir sa voisine d’en face pour lui donner quelque chose. Écoutez ses paroles que je cite.
« Quand j’ai fait demi-tour pour rentrer à la maison, j’ai vu de la lumière chez moi. J’entendais l’écho de ce que mes enfants disaient lorsque j’étais sortie quelques minutes plus tôt : ‘Maman, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?’ ‘Tu peux m’emmener à la bibliothèque ?’ ‘Je dois aller chercher des grandes feuilles de papier ce soir.’ Fatiguée, j’ai regardé la maison et j’ai vu la lumière dans chaque pièce. J’ai pensé à tous les enfants dans la maison qui attendaient mon retour pour que je réponde à leurs besoins. Mes fardeaux me paraissaient trop lourds pour moi.
« Je me rappelle avoir regardé le ciel à travers mes larmes et avoir dit : ‘Cher Père, je ne peux pas ce soir. Je suis trop fatiguée. Je n’y arrive pas. Je ne peux pas rentrer à la maison et m’occuper seule de tous ces enfants. Ne pourrais-je pas aller à toi et rester avec toi rien qu’une nuit ? Je reviendrai demain matin.’
« Je n’ai pas réellement entendu de paroles, mais je les ai entendues dans mon esprit. La réponse a été : ‘Non, petite, tu ne peux pas venir à moi maintenant. Tu ne voudrais jamais retourner sur terre. Mais je peux aller à toi.’ » (Gordon B. Hinckley; Dans le bras de son amour; Conférence Générale octobre 2006)
Je me souviens très bien le moment lorsque j’ai entendu ce discours : j’avais trois enfants petits de six, quatre et un ans. J’avais eu une semaine difficile et mon mari était rester avec eux dans la chambre afin que je puisse voir la conférence sur l’ordinateur. Je me sentais fatigué, frustré et incapable de supporter les choses ; donc, à travers d’un prophète de Dieu, j’ai pu recevoir de la consolation et de la sécurité que notre Père Céleste va toujours pouvoir venir à moi lorsque j’aurai besoin de lui.

Les enfants ont grandi et augmenté (ils ne sont plus trois, mais quatre), les défis et les circonstances ont changés, mais mon Père Céleste reste constamment. Quelque fois j’ai senti son amour et sa consolation quand je pris ou lorsque je lis les écritures, mais plusieurs fois j’ai sentis son amour à travers d’autres personnes qui ont bénie ma vie par leurs amour et intérêts sincère : un coup de téléphone, une visite inattendue, des oreilles prêtes à entendre, une note, un message par Facebook, un câlin, une fleur, une prière ou des biscuits. Les anges que le Seigneur envoi à notre porte, en général, ne vont pas avoir des robes blanches, mais ils apporteront toujours l’amour d’un Père aimant qui veille sur nous et pour nos besoins.

Mes enfants ne changent pas après ces visites, mais moi si. Je trouve de nouveau la paix et la sécurité que les choses vont être bien et que le Seigneur m’aidera à trouver la façon de poursuivre en avant avec un bon courage, comme il nous dit : 
                 
« En vérité, en vérité, je vous le dis, vous êtes de petits enfants, et vous n’avez pas encore compris combien sont grandes les bénédictions que le Père a entre ses mains et qu’il a préparées pour vous ;

et vous ne pouvez pas supporter tout maintenant ; néanmoins, prenez courage, car je vous guiderai le long du chemin.» (Doctrine et Alliances 78 :17-18)

10 marzo 2017

Dans les relations familières, AMOUR en réalité s’épèle T-E-M-P-S

Dans les relations familières, AMOUR en réalité s’épèle T-E-M-P-S

(Dieter F. Uchtdorf)

Je ne me souviens pas quand j’ai entendu cet extrait, mais depuis je ne l’ai jamais oublié. La valeur la plus précieuse de cette époque, n’est définitivement pas l’argent, mais le temps : il n’y a jamais assez de temps pour dormir, lire, travailler, aller en vacances, s’amuser, bien manger, faire de l’exercice, nettoyer (la saleté ne finit jamais !), ranger la maison, faire quelque chose en famille (spécialement si tu as besoin de courir après eux pour le réussir). Des fois, on est tellement immergé dans les mille et une choses de chaque jour que nous pensons que le lendemain on pourra le faire ou, peut-être, la semaine prochaine. La vérité est que, ce qui concerne la famille, les moments les plus précieux peuvent arriver lorsque nous sommes très occupés ou très fatigués.

L’automne dernier il y a eu beaucoup des semaines complètement grises, il a plu presque tous les jours et le froid a commencé à s’installer peu à peu. C’était l’heure de changer les vêtements d’été pour celle d’hiver et ça prend toujours des journées entières. Je les classifie par tipes et par catégories, donc, les chambres semblent à des champs minés pendant le procès. Une après-midi, après cette folie, quand j’avais tout très bien calculé pour finir avant souper, ma fille la plus jeune m’a dit qu’elle avait une exposition d’art à l’école. J’ai vue à travers la fenêtre : il continuait à pleuvoir et on devait marcher un kilomètre et demi pour arriver à l’école. J’ai vue l’horloge : 4 :15 pm et l’exposition était jusqu’à 6 :00 pm. Les sœurs missionnaires venaient manger à 6 :30 pm et je n’avais pas encore commencé à préparer le souper. J’ai vu ma fille et soupiré en attendant qu’elle dise que ce n’était vraiment pas important ou qu’elle ne voulait pas se mouiller, mais à la place, j’ai reçu cette réponse : « Je ne vais pas te dire c’est lequel, et comme ça tu pourras deviner c’est lequel… » c’est-à-dire, que c’était UN SEUL DESSIN! J’ai osez demander : « C’est important pour toi qu’on aille ? ». Elle a incliné la tête et a dit que oui. J’ai seulement put dire : « Alors on y va ».

J’ai laissé tout comme qu’il était et j’ai couru à la cuisine pour laisser le repas prêt avant de partir. On a pris nos parapluies et on a commencé notre marche à l’école. Ma fille a parlé tout le long du chemin, elle m’a raconté ce qu’elle a fait ce jour-là, elle m’a parlait de ses amies, elle m’a fait quelques questions et a partageaient quelques réflexions. En fin on est arrivé à l’école, et très fière, elle m’a emmené au mur de sa classe pour que je devine quel était son œuvre d’art (heureusement elle n’est pas très bonne à résister le suspens, donc elle m’a donné suffisamment d’indices pour deviner).



On était là, les deux mouillées et suées regardant un animal multicolore sur le tableau des Monstres. Elle m’a emmené dans un salon où on a vu les œuvres des autres classes, on a salué ses amis et on est retourné à la maison.

Cette nuit-là, j’ai poursuivis mon travail à neuf heure du soir après qu’ils se soient coucher, je n’avais pas le choix, mon lit était un champ miné : si je voulais dormir, je devais ranger les vêtements. Pendant que tout le monde dormait, je pensais que j’aurais vraiment pu finir beaucoup plus tôt si je n’étais pas aller à l’école, mais la vérité est que dans quelques années, personne va se rappeler si les vêtements étayeraient ou n’étaient pas ranger dans les tiroirs de la garde-robe ou ce que nous avons soupé cette nuit- là, mais elle va toujours se rappeler d’être allée à l’école pour voir son œuvre d’art même s’il pleuvait.

La vie est remplie de souvenirs. Est-ce que je prends le temps pour construire de souvenirs précieux pour ma famille, du temps pour entendre, jouer, rire, danser, accompagner ou pour se mouiller sous la pluie ? Les souvenirs nous accompagnent n’importe où on aille. Ils nous réconforteront en temps de difficultés et nous feront joyeux quand on aura besoin d’eux. Ils nous fortifieront et nous uniront. Ils créent des liens qui s’étendent avec le temps et qui passent de génération en génération. Certainement, c’est vrai ce qu’un jour j’ai lu :


« Le souvenir est un jardin d’Éden du quel ne nous serons jamais expulsés »

03 febrero 2017

Un reto para San Valentín

Termina la Navidad y ya todo el mundo habla de San Valentín. Si bien es una festividad comercicalizada, podemos aprovechar la oportunidad para expresar a quienes amamos lo importante que son para nosotros. 

El año pasado leí un artículo titulado "Love one another - 14-days Challenge" que invitaba a participar en un desafío de 14 días para mostrar amor a otra persona. Me tomé la libertad de traducirlo en español y creo que, después de haber participado en la iniciativa de Iluminar el mundo a través de 25 actos de servicio en navidad, es una excelente idea para seguir iluminando el mundo.


Para descargar tan solo haz click en la imagen. Guárdala en tus archivos y compártela con otros. Nunca sabemos lo que un pequeño acto de bondad puede significar en la vida de alguien.

"Ahora bien, (...) he aquí, te digo que por medio de cosas pequeñas y sencillas se realizan grandes cosas; y en muchos casos, los pequeños medios confunden a los sabios."
Alma 37:6

26 enero 2017

Thème pour les jeunes 2017 : Demandez

Certainement vous connaissez tous déjà le thème des jeunes de cette année :

« Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.
« Mais qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. »

Jacques 1:5-6
Mais, pourquoi ce thème?

Sœur Bonnie L. Oscarson, présidente Général des jeunes filles, a donné trois raisons :
1.   Elle est liée à l’histoire de l’Église ; c’est l’Écriture que Joseph Smith a lue qui l’a poussé à se rendre dans le Bosquet sacré et à prier.
2.   Elle rend témoignage de la mission divine de Joseph Smith, ce dont nous avons besoin à un moment où sa réputation et l’histoire de l’Église sont continuellement remises en question par le monde. 
3.    C’est également un message sur la manière dont nous recevons la révélation personnelle, ce que tout le monde doit savoir. (Le Liahona enero 2017)

Frère Stephen W. Owen a signalé que « Avec tous les réseaux sociaux et tous les moteurs de recherche que nous avons, il y a beaucoup de sources où vous pouvez puiser des réponses aux questions que vous vous posez sur la religion. Cette Écriture clé montre le processus qui a permis à Joseph Smith de recevoir la révélation, qui est un modèle que nous pouvons suivre. » (Le Liahona enero 2017)


En me basant sur leurs commentaires, j´ai élaboré une affiche et quelques signés pour télécharger pour les jeunes filles. J’espère qu’elles vous seront utiles! 



23 enero 2017

Lema para los jóvenes 2017: Pide

Seguramente ya todos conocen el lema de los jóvenes para este año:

“Y si alguno de vosotros tiene falta de sabiduría, pídala a Dios, quien da a todos abundantemente y sin reproche, y le será dada.
“Pero pida con fe, no dudando nada, porque el que duda es semejante a la ola del mar, que es movida por el viento y echada de una parte a otra”.
Santiago 1:5-6
Pero, ¿por qué este lema?

La Hermana Bonnie L. Oscarson, Presidenta General de las Mujeres Jóvenes, dio tres razones:

1.       Está relacionado con la historia de la Iglesia; fue la lectura de esos pasajes lo que impulsó a José a ir a la Arboleda Sagrada y orar.
2.       Da testimonio de la divina misión de José Smith, algo que necesitamos en este momento en que el mundo cuestiona constantemente su reputación y la de la historia de la Iglesia.
3.       Es un mensaje de cómo recibimos revelación personal en nuestra vida, la cual todos necesitamos saber. (Liahona enero 2017)

El Hermano Stephen W. Owen señaló que “con todos los medios sociales y motores de búsqueda que tenemos, hay muchas fuentes a las que pueden acudir para obtener respuestas a sus preguntas sobre la fe. Esta Escritura clave muestra el proceso de revelación de José Smith, el cual es un modelo que podemos seguir.” (Liahona enero 2017).


Basándome en sus comentarios, elaboré un afiche y unos marcalibros para descargar para las Mujeres Jóvenes. Espero que les sean útiles.

13 enero 2017

Resoluciones de Año nuevo


El Año nuevo llega y con él, el tiempo de establecer las metas del nuevo año que comienza. Nos sentimos con energía y tenemos confianza que esta vez SI vamos a lograr las metas que nos estamos proponiendo. Sin embargo, quizás les pase como a mí, y, poco tiempo después, el ánimo desaparece, perdemos el empuje, algunas veces la olvidamos y la volvemos a retomar al Año siguiente.

¿Qué puedo hacer para elaborar un plan que si funcione? Algunas veces las respuestas llegan de las maneras más inesperadas. Mi hija llegó de la escuela con una adivinanza: “Mami, ¿cómo haces para comerte un elefante? ... ¡Un bocado a la vez!” Tan sencillo como eso. Mi problema radicaba en la forma de comerme el elefante. Recordé una cita de Rudyard Kipling que aprendí en mi adolescencia:

“Tengo seis honestos siervos
que me han enseñado todo lo que sé.
Sus nombres son QUÉ, CÓMO, CUÁNDO,
QUIÉN, DÓNDE Y POR QUÉ”

Allí estaba el secreto para comerme al elefante:

1.       QUÉ deseo lograr o alcanzar.
2.       CÓMO voy a lograrlo, es decir, cuáles son las etapas necesarias para lograr mi objetivo.
3.      CUÁNDO voy a cumplirla. Al establecer las etapas, es necesario colocar una fecha en la cual aspiro culminar las tareas propuestas.
4.       QUIÉN. Si es necesario, debemos determinar quién podría ayudarnos.
5.       DÓNDE podemos encontrar información, recursos, suministros, capacitación, etc.
6.     POR QUÉ queremos lograr esta meta. Esta parte es vital pues es lo que nos mantendrá motivados cuando tengamos temor, las cosas se tornen difíciles o cuando aparezcan obstáculos en el camino.

Finalmente, es necesario escribir nuestras metas. EL Élder M. Russell Ballard enseñó:

“He aprendido en mi carrera de negocios que por más emocionado que pueda estar acerca de un principio o al tratar de hacer algo, si no lo escribo y lo coloco en frente de mí, donde pueda verlo una y otra vez hasta que llegue a ser parte de mí mismo, no logro ese objetivo. Les sugiero que, si desean tener éxito en el proceso de establecerse metas, tienen que escribirlas. Yo incluso las pondría en un lugar prominente, como en el espejo o la puerta del refrigerador. Conserven sus metas ESCRITAS en frente de ustedes. Entonces, con el deseo de alcanzar esas metas, estarán más dispuestos a pagar el precio que las personas de éxito deben pagar.” (M. Russell Ballard; Do things that make a difference; Ensign junio 1983)


Así que ¡ Voilá !: he preparado algunas hojas que nos pueden ayudar a devorar los elefantes de este año, un bocado a la vez. Primero, utilizamos la ayuda de los siervos del señor Kipling y luego nos organizamos por semanas y/o días. Para descargar solo es necesrio hacer click en la imagen y guardarla.

¡¡Buen provecho!!